Profil

Recommander

Publié dans : Religion et spiritualité
Mercredi 18 janvier 2012 3 18 /01 /Jan /2012 21:28

 

Quiconque a vu ou lu des western en film ou en Bd a pu voir que parfois on présentait des Indiens d'Amérique dont le sorcier effectuait une danse pour appeler la pluie. Dans d'autres contrées, l'on a vu des divinités invoquées pour intervenir sur la nature : appeler la pluie, calmer la tempête, apaiser les vents, empêcher les éboulements montagneux.

Vous l'aurez compris, il s'agit ici de discuter de la question de l'intervention divine sur les éléments naturels, dans le but d'analyser la pertinence d'invocations de divinités pour avoir tel bienfait de la nature, ou éviter tel autre méfait de la nature.

En français, les invocations divines sont généralement appelées « prières ».Et si nous nous plaçons sous le prisme chrétien (à savoir Dieu existe, Jésus est son envoyé, et son commandement est d'aimer son prochain), nous avons déjà abordé le sujet des prières et des interventions divines dans deux articles, pour discuter des interventions divines dépendant des autres que nous-mêmes [Le miracle des interventions divines...] et de celles dépendant de nous-mêmes [Cognez, et l'on vous ouvrira... ]. Dans les deux cas, la conclusion était qu'il dépend uniquement des hommes (nous ou les autres), de voir Dieu à l’œuvre, car si nous avons notre libre-arbitre, nos actions ne dépendent donc que de nous.

La question à laquelle il convient donc de répondre est de savoir ce qu'il en est pour les interventions liées à la nature, ou complètement décorrélées de l'homme (on pourrait citer le loto par exemple, faut-il prier pour tirer le bon numéro?). Question intéressante s'il en est. Pour la résoudre, nous prendrons comme exemple trois exemples marquants : le tsunami, le tremblement de terre, et la survenue de la pluie.

Tout d'abord, concernant les deux précédents articles, il y a été dit que les interventions divines dépendaient de nous ou des autres parce que pour intervenir, un miracle avait besoin de matérialité. Le samaritain n'est soigné que si quelqu'un lui administre des soins, le bébé abandonné dans le froid n'est sauvé que si quelqu'un le recueille et le réchauffe. Et la matérialité obéît aux règles de la physique. Il ne s'agit pas de dire pourquoi un événement arrive, mais comment il arrive. Et la nature, comme le loto, n'échappe pas à la physique. Prenons donc un à un chacun de ces trois exemples et analysons leur matérialité et leur impact avec les hommes.

1.      Tsunami

 Un tsunami est dû à un mouvement de plaques océaniques, mouvement qui soulève une importante masse d’eau. Cette masse d’eau va ensuite se déverser sur les côtes ravageant beaucoup de choses sur son passage. Le mouvement des plaques, bien que non totalement maitrisé, est connu et mécanique. Il se situe généralement aux endroits où les plaques se chevauchent ou s’éloignent. C’est pour cela qu’avant tout tremblement de terre, ou tsunami, les géologues sont capables de tracer des cartes de risques sismiques. Un jour ils seront capables de prévoir les mouvements longtemps à l’avance, à partir de leur observation de ces mouvements mécaniques.

Comment ce mouvement interagit il avec l’homme ? Les hommes qui ont décidé d’habiter sur les côtes ou de s’y trouver ce jour-là sont submergés. Ils y sont du fait de leur libre-arbitre ou de celui d’autres hommes (par exemples les autorités qui nonobstant les risques, laissent s’agglutiner des hommes en de tels endroits). Nous avons donc là une conjonction de matérialité (physique) et de décisions humaines dont les hommes sont seuls responsables.

Dieu ne peut pas être tenu pour responsable du carnage qui découlerait du tsunami. On ne peut pas dire que puisqu’il sait que les hommes sont à tel endroit, il génère le tsunami, car l’explication physique du tsunami d’aujourd’hui remonte à des milliers, millions voire milliards d’années. Et entretemps, les hommes ont décidé librement de comment ils allaient occuper le terrain. Car un tsunami sans victime (où l’on n’aurait que la matérialité physique) ne serait pas grave.

 

2.      Tremblements de terre

Si l’on passe ensuite aux tremblements de terre (comme celui d’Haïti), il convient de dire que ses explications physiques sont extrêmement similaires à celles du Tsunami. Les causes physiques sont dues à des mouvements des plaques. Les zones dangereuses sont largement identifiées à l’avance, malgré des exceptions que les progrès de la science permettront de diminuer totalement. Et comment interagissent-ils avec les hommes ? De la même manière. Ils impactent des zones où les hommes, ont choisi d’aller s’installer.

Dieu ne peut donc pas être à l’origine des drames qui en découlent, car ils sont une conjonction de matérialité (avec origine en millions d’années) et de décisions humaines.

 

3.      Pluies et inondations

Pour schématiser, l’eau s’évapore, monte, forme les nuages et retombe sous forme de pluie. Plusieurs autres facteurs mécaniques interviendront bien sûr (le vent, la température, etc.), mais ce sont là des facteurs physiques dont les progrès de la météorologie permettent d’en faire des modèles prédictifs dont la fiabilité est relativement satisfaisante. Comment ce phénomène interagit il avec les hommes ?

Tout d’abord avec la problématique de localisation déjà abordée. Elle est la même. Les autorités qui décident ou pas de soumettre des constructions à des normes sismiques le font librement. On peut aussi ajouter qu'avec les déforestations, les constructions qui bloquent l'évaporation, les différentes activités humaines, le niveau de pluviométrie, la capacité des sols à absorber l'eau et donc à supporter les inondations en est directement impactée.

Il vient là aussi que les éventuels dommages ou bienfaits (pour ceux qui espèrent la pluie pour leurs récoltes par exemple) découlent de phénomènes physiques aux causes naturelles identifiées et humaines (ie dépendant des hommes et de leur liberté d'agir). Là encore ils ne peuvent pas être attribués à Dieu.



Il en va de même par exemple pour le loto où les boules qui tournent sont régies par des lois physiques (contacts entre elles, contacts avec la paroi, réactions avec les forces de propulsion, etc.) qui contrôlent leur mouvement. Le résultat du loto interagit avec les hommes comment ? Quand ceux-ci décident de choisir tel ou tel numéro. Ils gagnent quand leurs numéros (qu'ils ont choisi, donc qui ne dépend que d'eux) correspond aux numéro de la machine (dépendant uniquement des lois physiques citées plus haut).



En conclusion, l'on constate que ces événements naturels ne sont pas des interventions divines. Pourtant ils interagissent avec l'humanité, entraînant des joies ou des peines, des prières ou des récriminations. S'ils ne sont pas d'origine divine, et si les actions dépendant des hommes ne sont elles non plus pas d'origine divine (voir les deux articles pré-cités), la question du rôle de Dieu revient donc avec acuité. Est il d'un rôle ou pas dans notre destinée ? Si tout dépend soit des lois physiques de la nature ou du bon vouloir des humains, la providence est elle du ressort de Dieu ?

C'est une question à laquelle nous apporterons une réponse originale dans le prochain et dernier article de la série...



 

 

 

Ecrire un commentaire
Voir les 8 commentaires
Retour à l'accueil
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés